Le continent africain se prépare au lancement de l’Indice de l’intégration régionale en Afrique

19 décembre 2014

  • Cet article est initialement paru dans le site Web de la Banque africaine de développement.

L’Indice de l’intégration régionale en Afrique représente la tentative la plus audacieuse à ce jour pour collecter des données sur l’effet de l’intégration régionale en Afrique. L’initiative est financée par le Fonds africain pour le commerce (BAfD), le Centre africain pour la politique commerciale (CEA), le Centre africain pour la statistique et la Commission de l’Union africaine.

Pour atteindre leur objectif commun, les trois institutions ont collecté des données sur 28 indicateurs pour la presque totalité du continent africain. Les données relatives à 50 indicateurs pour sept pays pilotes ont également été collectées et une formation a été dispensée aux responsables nationaux des statistiques.

La Présidente de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, le Secrétaire exécutif de la CEA, Carlos Lopes, et la Vice-Présidente et Envoyée spéciale pour le genre de la Banque africaine de développement, Geraldine Fraser-Moleketi, ont assisté à la communication et salué les progrès accomplis par les institutions dans la mise au point finale de l’indice. Parmi les résultats présentés, il faut citer la bonne performance de l’Afrique australe dans le domaine de l’intégration commerciale. Ce résultat pourrait changer, car les données ne sont pas complètes, a-t-il été dit à la réunion.

Les trois institutions continuent à travailler à l’amélioration des données par une activité de formation et de création de capacités statistiques. À cette fin, la BAfD, la Commission de l’Union africaine et la CEA ont organisé en commun une formation de cinq jours (du 23 au 27 mars à Addis-Abeba) à l’intention de 18 responsables nationaux des statistiques des pays de l’Afrique orientale et australe. Cette formation leur a permis de dégager une interprétation commune de la signification précise de chaque indicateur et des sources possibles de données. Ils ont également pris connaissance de la manière d’affiner les métadonnées et les questionnaires à utiliser pour la collecte des données. L’équipe commune du projet de l’indice a jusqu’à présent formé 25 responsables nationaux de statistique à la collecte des données en vue de la confection de l’indice.

L’atelier de formation suivant est prévu en avril 2015 en Tanzanie et réunira 10 statisticiens des communautés économiques régionales de l’Afrique orientale et australe ainsi que des organismes de couloirs de communication.

Les trois institutions publieront une mise à jour des progrès accomplis dans la confection de l’indice et des nouveaux résultats obtenus, lors de la réunion au sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine, en Afrique du Sud en juin 2015.