Il faut pour cela une forte volonté politique et une action directive, et il faut mobiliser des ressources et des réseaux. Il faudra aussi que les organisations panafricaines, les organismes régionaux, les gouvernements, les dirigeants, les entreprises, la société civile, les chercheurs, les partenaires de développement, les médias et le public s’engagent activement dans ce sens.

L’état d’avancement de l’intégration régionale en Afrique donne une idée de ce qui se passe sur le continent, et c’est un important moyen de faire apparaître les lacunes. Cet examen est dynamique, évolutif et permet de suivre l’intégration en permettant à chacun de prendre connaissance d’une information de qualité, validée, pour amorcer un dialogue et poursuivre l’intégration régionale de l’Afrique.

Factory workers

L’indice fait partie d’un système central et d’une base de données assurant la collecte de données sur l’intégration régionale. Il permet de capter des données supplémentaires pour l’établissement d’indicateurs qui ne font pas partie de l’indice pour le moment, mais qui peuvent jouer un rôle dans l’intégration régionale, comme la libre circulation des travailleurs à travers les frontières ou encore les coûts du commerce le long des couloirs.

Il appartient à l’utilisateur de l’indice d’utiliser au mieux l’information sur les classements et les notes, en examinant de plus près les domaines prioritaires pour proposer des changements concrets au niveau des politiques et au niveau pratique.

« Contribuer à la transformation et à la croissance de l’Afrique »