• Accessible : Un système centralisé de données sur l’intégration régionale sera rendu public pour faire connaître les décisions des dirigeants et informer les réformes dans les domaines prioritaires.
  • Détaillé : Les 16 indicateurs retenus dans les cinq dimensions de l’indice permettent de construire une représentation détaillée et complète de l’intégration régionale en Afrique.
  • Pratique : On peut lire tout de suite le classement et les notes des différents pays dans les communautés économiques régionales respectives, dans l’ensemble et par dimension. Les pays sont classés comme obtenant de bons résultats, des résultats moyens ou modérés, et des résultats faibles ou médiocres dans chaque communauté économique régionale.
  • Axé sur les résultats : Une analyse comparée des pays africains dans leur communauté économique régionale et des communautés économiques régionales elles-mêmes permet de tenir compte de la diversité de l’intégration dans le continent. Une communauté économique régionale, ou un pays dans celle-ci, peut ainsi connaître ses atouts et les lacunes à combler.

Avant-propos, Union africaine

L’Agenda 2063 définit l’idée maîtresse de l’intégration de l’Afrique au cours des 50 prochaines années. Le programme minimum d’intégration de l’Union africaine et le premier plan d’action décennal ont défini les mesures précises qui doivent être prises à cet effet. Les principaux domaines retenus dans le plan sont l’intégration commerciale et des marchés, la libre circulation des personnes et le développement infrastructurel.

Le développement du commerce et l’économie sont des éléments essentiels du succès de l’Agenda 2063 et de l’intégration régionale, et cela devrait contribuer à transformer les économies et relancer la croissance. Il est donc important de mettre en place des mécanismes permettant de suivre et d’évaluer les progrès accomplis dans le continent africain, en particulier dans le cadre du plan de développement décennal. À ce sujet, l’indice de l’intégration régionale aidera beaucoup à réfléchir à la façon de procéder à l’institutionnalisation d’un état d’esprit axé sur les résultats dans l’optique de la réalisation du programme de développement de l’Afrique.

Une intégration régionale approfondie signifie un élargissement des marchés et une contribution des chaînes de valeur à l’industrialisation et à la productivité. Elle contribue à la mobilité des compétences par une plus grande facilité de l’obtention des visas. L’investissement dans l’infrastructure doit se traduire par un moindre encombrement le long des grands itinéraires régionaux et une facilitation du commerce en réduisant les délais et les coûts. Moyennant des perspectives économiques stables, l’investissement étranger augmente aussi.

Le continent africain doit accélérer son rythme de croissance et sa performance, et déterminer comment cela peut devenir réalité. C’est là où l’indice de l’intégration régionale en Afrique intervient. En donnant suite à la volonté de suivre et d’évaluer l’intégration, affirmée par la Conférence des ministres de l’Union africaine et de la CEA et par la Conférence des ministres africains chargés de l’intégration, une plateforme de données a été constituée.

Grâce à l’indice, la Commission de l’Union africaine, la Banque africaine de développement et la Commission économique pour l’Afrique font converger les objectifs d’intégration en Afrique. Les conclusions montrent que si des progrès sont bien accomplis, 28 pays obtiennent une bonne performance dans les huit communautés économiques régionales, les notes moyennes restent souvent inférieures à la moitié de l’échelle possible. Le moment est venu pour l’Afrique de faire fond sur ces résultats et poursuivre l’intégration régionale.

Erastus Mwencha
Vice Président 
Commission de l’Union africaine

African Union

« La vision de l’Union africaine tend vers une Afrique intégrée, prospère et en paix, gérée par ses propres citoyens et représentant une force dynamique sur la scène internationale. »

Agenda 2063 de l’Union africaine

Avant-propos, Banque africaine de développement

L’intégration est au cœur de l’avenir de l’Afrique. Cet avenir sera forgé par 1,1 milliard de citoyens et une population jeune de plus en plus nombreuse. C’est un avenir de perspectives illimitées sur un marché de 54 pays, ce sont des consommateurs au pouvoir d’achat accru, dans une Afrique ouverte au commerce avec le reste du monde et concurrentielle dans le domaine des biens et des services à plus haute valeur ajoutée.

« Intégrer l’Afrique », « industrialiser l’Afrique », « éclairer l’Afrique et la propulser », « nourrir l’Afrique » et « améliorer la qualité de vie des populations africaines » sont les cinq grandes priorités de la Banque en vue de transformer le continent au cours des dix prochaines années. Notre Politique et stratégie d’intégration régionale (2014-2023) fournit le schéma propice à la réalisation de ces objectifs, du développement d’infrastructures régionales de haute qualité à l’accélération de l’industrialisation et du commerce et au renforcement des capacités essentielles au niveau national et régional.

La transformation de l’Afrique implique la nécessité de disposer de données et d’informations appropriées. Alors qu’il inaugure cette année sa première édition, l’Indice d’intégration régionale en Afrique a pour ambition de combler le manque de connaissances sur l’intégration régionale. Il s’agit d’un outil dynamique et évolutif qui permet de suivre les performances des huit communautés économiques régionales (CER) du continent, et des pays appartenant à chaque CER, en termes d’intégration régionale de façon globale et par priorité stratégique. L’indice présente les meilleures performances et pointe les domaines à améliorer pour accélérer les progrès.

Les observations de l’indice font apparaître que chaque CER et chaque pays affichent des notes plus élevées que la moyenne sur au moins un domaine de priorité de l’intégration. Ce sont là des fondations à partir desquelles chaque région peut consolider sa position et partager les enseignements et les acquis dans le but d’encourager des réformes plus profondes des politiques sur l’ensemble du continent.

Catalyseur du changement, l’indice permettra de renforcer les arguments en faveur d’une Afrique plus compétitive. Une Afrique mieux connectée, que ce soit au niveau des populations, des réseaux routiers ou des télécommunications, bénéficiant de flux commerciaux intra-africains mieux ancrés et d’un niveau de productivité accru. À terme, nous serons ainsi en mesure d’améliorer la qualité de la vie de tous les Africains et des générations futures.

African Development Bank

« La vision du Groupe de la Banque porte sur la construction d’un continent stable, intégré et prospère regroupant des pays compétitifs, diversifiés, dotés d’une économie durable et participant pleinement aux échanges et aux investissements mondiaux. »

Politique et stratégie d’intégration régionale (PSIR) 2014-2023 du Groupe de la Banque

Avant-propos, Commission économique pour l’Afrique

Avoir la possibilité de mesurer le niveau d’intégration régionale est de prime importance pour le développement de l’Afrique, que ce soit dans le domaine du commerce, des infrastructures, de la production, de la mobilité des talents ou des investissements. Néanmoins, la progression de l’intégration sur l’ensemble du continent demeure difficile à juger et à évaluer par rapport aux objectifs et aux plans établis. Un suivi des évolutions sur le terrain, région par région, grâce à un suivi des flux de marchandises, de produits et de personnes, se révèle aussi important que l’examen en profondeur des cadres et des accords politiques.

La Commission économique pour l’Afrique travaille pour façonner les perspectives de transformation et de croissance de l’Afrique en promouvant la prospérité aux niveaux régional et sous-régional. Notre priorité est la promotion de politiques et de programmes qui renforcent le processus de coopération et d’intégration économiques, en application du Traité d’Abuja instituant la Communauté économique africaine, de l’Acte constitutif de l’Union africaine et, il va sans dire, de l’Agenda 2063.

Grâce à notre partenariat avec la Banque africaine de développement et la Commission de l’Union africaine, nous avons créé un outil novateur de mesure de l’intégration régionale : l’Indice d’intégration régionale de l’Afrique. Cet indice est à la fois un exercice de mesure et une invitation à l’action. Il est conçu pour tous ceux qui s’intéressent aux perspectives de l’Afrique : les décideurs régionaux et nationaux, les législateurs, les chercheurs, les dirigeants d’entreprise, les représentants de la société civile, les partenaires de développement, les médias et le grand public.

L’indice est une source indépendante de données qualitatives sur l’intégration régionale qui permet d’évaluer le niveau d’intégration de chaque communauté économique régionale et de ses pays membres. Il permet d’en établir les forces et les faiblesses particulières grâce à une ventilation de l’intégration régionale au travers de cinq dimensions, et aussi d’en suivre la progression et les évolutions dans le temps.

Les observations sur l’indice ont révélé que les notes moyennes les plus élevées concernent l’intégration commerciale, une priorité de longue date pour l’ensemble des régions. Ceci est de bon augure pour la Zone de libre-échange continentale (ZLEC) dont les négociations sont en cours. Les notes régionales moyennes les moins élevées concernent l’intégration financière et macroéconomique, domaines dans lesquels les progrès sont les plus lents à ce jour. 

L’indice permet ainsi de retenir les secteurs où il est impératif de trouver des solutions si l’on veut donner corps aux différentes priorités du développement régional et sous-régional et, partant, construire une Afrique véritablement intégrée.

United Nations - Economic Commission for Africa

« Les Africains doivent se mettre en quête d’une croissance principalement ancrée sur leurs priorités et capable d’impulser une transformation structurelle. L’intégration régionale est une stratégie déterminante du développement. »

Commission économique pour l’Afrique, www.uneca.org