L’indice est un projet commun de la Banque africaine de développement, de la Commission de l’Union africaine et de la Commission économique pour l’Afrique ; il fait la synthèse des dimensions suivantes : libre circulation des personnes, intégration commerciale, intégration productive, liaisons et infrastructures régionales et convergence des politiques macroéconomiques.

Principales conclusions

La performance du pays s’agissant de la libre circulation des personnes et de l’intégration commerciale pourrait être améliorée par la ratification des protocoles régionaux sur la libre circulation des personnes et par l’amélioration de sa participation aux chaînes de valeur régionales.

Consulter une analyse plus détaillée.

  • Deuxième rang au sein de la SADC (note : 0,56).
  • La meilleure performance est celle de l’Afrique du Sud (note : 0,74).

SADC

Classement du Botswana dans la SADC

Pays à forte performance – la note est supérieure à la moyenne des pays
Pays à performance moyenne – la note est proche de la moyenne des pays
Pays à faible performance – la note est inférieure à la moyenne des pays
Note moyenne des pays membres de la communauté économique régionale

Comparer Botswana's notes globales

Intégration commerciale
Infrastructures régionales
Intégration productive
Libre circulation des personnes
Intégration financière et macroéconomique

Analyse des performances du Botswana's selon les diverses dimensions

Libre circulation des personnes : La note du Botswana, à cet égard, est modérée par rapport à celui des autres membres de la SADC. Les nationaux de 17 autres pays africains peuvent entrer au Botswana sans visa ou l’obtiennent à l’arrivée. Cela place ce pays à la vingt-huitième place dans le continent africain et à la huitième place ex aequo sur les 15 pays membres de la SADC. Le Botswana n’a pas encore ratifié le protocole de la SADC visant à faciliter la circulation des personnes, ce qui entrave la libre circulation des nationaux des autres États membres de la SADC.

Intégration commerciale : Le Botswana a fait des progrès appréciables dans l’intégration commerciale en éliminant les barrières tarifaires sur les importations en provenance des membres des communautés économiques régionales auxquelles il appartient. Le droit de douane sur les importations en provenance des autres États de la SADC est seulement de 0,00003 %, quatrième chiffre le plus faible parmi les 13 États membres de la SADC pour lesquels des données sont disponibles. Cependant, le pays se classe au trente-deuxième rang en Afrique et au neuvième parmi les membres de la SADC sur l’indicateur relatif à la facilitation du commerce à travers les frontières (indice de la Banque mondiale sur la facilité de faire des affaires). Malgré cela, le Botswana a une meilleure performance que la plupart des autres pays africains sans littoral. L’investissement accompli par le Botswana s’agissant des infrastructures du commerce et de la facilitation du commerce l’explique peut-être.

Le commerce du Botswana avec les autres États membres de la SADC en proportion de son PIB est assez élevé. Le chiffre est de 8 % et place le Botswana au sixième rang pour la part des exportations intra-SADC par rapport au PIB (réexportations exclues) parmi les 13 membres de cette communauté pour lesquels des données sont disponibles. Le Botswana vient aussi, parmi les 15 membres, au troisième rang pour les importations intra-SADC rapportées au PIB : 37 % du PIB. En fait, comme la SADC semble être la communauté économique régionale dont le commerce interne est le plus intégré, le Botswana obtient une note élevée dans cette dimension par rapport aux autres pays africains. Cependant, le commerce entre le Botswana et les autres États membres de la SADC n’est peut-être pas aussi élevé qu’il pourrait l’être en raison de la faible complémentarité du commerce des marchandises. La performance du Botswana au regard de l’indice de complémentarité du commerce des marchandises de la CNUCED par rapport aux autres membres de la SADC pourrait aussi être améliorée.

Infrastructures : La largeur de bande d’Internet par habitant au Botswana est d’un million de bits par seconde par personne, ce qui place le Botswana au dix-septième rang sur le continent et au quatrième parmi les membres de la SADC. La largeur de bande est une notion importante pour la communication ainsi que pour le soutien au commerce des services. Le Botswana vient au vingtième rang pour la capacité nette de production d’électricité par habitant et au septième parmi les membres de la SADC. L’électricité est indispensable pour le secteur industriel, dont le développement ne pourra que susciter une augmentation du commerce intra-africain.

  • Libre circulation des personnes : le Botswana est au huitième rang dans la SADC (note : 0,60), le meilleur résultat à cet égard étant celui du Swaziland (note : 0,70).
  • Intégration commerciale : quatrième rang dans la SADC (note : 0,61), la meilleure note étant celui de l’Afrique du Sud (note : 1).
  • Intégration productive : le Botswana vient au quatorzième rang dans la SADC (note : 0,175). La meilleure note est celle du Zimbabwe (note : 0,74).
  • Infrastructures : premier rang dans la SADC (note : 0,82).
  • Intégration financière et convergence des politiques macroéconomiques : troisième rang dans la SADC (note : 0,59), la meilleure note étant celui de l’Afrique du Sud (note : 0,915).