L’indice est un projet commun de la Banque africaine de développement, de la Commission de l’Union africaine et de la Commission économique pour l’Afrique ; il fait la synthèse des dimensions suivantes : libre circulation des personnes, intégration commerciale, intégration productive, liaisons et infrastructures régionales et convergence des politiques macroéconomiques.

Principales conclusions

S’agissant des politiques spécifiques qui seraient susceptibles d’accroître ses performances, le Cameroun pourrait envisager de prendre les mesures ci-après: Supprimer l’obligation de visa ou octroyer un visa à l‘arrivée pour les ressortissants d‘un plus grand nombre de pays africains; Mettre à niveau ses infrastructures Internet; Prendre des mesures pour soutenir le développement de chaînes de valeurs régionales au sein de la zone CEEAC.

Consulter une analyse plus détaillée.

  • Première dans la CEEAC (score: 0.66).

CEEAC

Classement du Cameroun dans la CEEAC

Pays à forte performance – la note est supérieure à la moyenne des pays
Pays à performance moyenne – la note est proche de la moyenne des pays
Pays à faible performance – la note est inférieure à la moyenne des pays
Note moyenne des pays membres de la communauté économique régionale

Comparer Cameroun's notes globales

Intégration commerciale
Infrastructures régionales
Intégration productive
Libre circulation des personnes
Intégration financière et macroéconomique

Analyse des performances du Cameroun's selon les diverses dimensions

Intégration commerciale: L‘indice comprend trois d‘indicateurs d‘intégration commerciale, c’est-à-dire les tarifs moyens appliqués sur les importations et les exportations de biens au niveau communautaire. Le commerce des services n‘est pas inclus en raison du manque de données sur le commerce des services intra-africain. La performance du Cameroun en matière intégration commerciale est très bonne. Lorsqu‘on examine ces indicateurs en détail, selon les dernières données disponibles, le Cameroun a appliqué un tarif moyen de seulement 0,2 % sur les importations provenant de la CEEAC, ce qui en fait le troisième tarif le plus faible parmi les pays membres de cette Communauté économique régionale (derrière la République centrafricaine et le Tchad) (Division de statistique de l’ONU, 2015; Centre du commerce international, 2015). Toutefois, les importations du Cameroun provenant de la CEEAC, en proportion de son PIB, s’élèvent à moins de 0,1 % en 2013, plaçant le pays à l’avant-dernière position (la Guinée équatoriale étant dernière) du groupe de pays pour lesquels les données étaient disponibles. Les exportations du Cameroun vers la CEEAC exprimées en proportion du PIB en 2013 étaient également relativement faibles, à environ 2 % du PIB du pays (Division de statistique de l’ONU, 2015; Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, 2015; Institut national de la statistique). 

Intégration productive: Le Cameroun s’inscrit dans le groupe de pays africains les moins bien classés en ce qui concerne l’intégration dans les chaînes de valeur régionales. Outre le fait que sa part du commerce intra-régional soit relativement faible en pourcentage du PIB, ses échanges commerciaux avec les autres pays de la région ne sont pas orientés vers les biens intermédiaires.

L‘indice mesure en partie l’intégration productive au moyen du commerce intrarégional de biens intermédiaires. Le pourcentage du commerce de biens intermédiaires échangés par le Cameroun au sein de la région est faible. La part des biens intermédiaires dans ses importations provenant de la CEEAC est la moins importante de tous les pays membres de la CEEAC pour lesquels des données étaient disponibles, soit à peine 0,2 % en 2012. La part des biens intermédiaires dans le total de ses exportations au sein de la CEEAC est la deuxième en importance parmi les pays membres de la CEEAC pour lesquels des données sont disponibles, soit 3 % (derrière le Burundi avec 14 %). Cependant, en comparaison avec le reste de l‘Afrique, cette part est encore faible (Division de statistique du Secrétariat de l’ONU, 2015; Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, 2015; Institut national de la statistique).

Infrastructures: L’intégration infrastructurelle du Cameroun avec le reste du continent est aussi faible, le pays occupant les quatre derniers rangs sur le continent. Selon les dernières données disponibles (2013), la bande passante Internet du Cameroun par habitant est d’environ 0,2 mégabits par seconde. Il s’agit de la 22e plus faible puissance de bande passante sur le continent. La bande passante Internet est importante pour les communications internationales, tant au sein de l‘Afrique qu’au-delà, y compris pour soutenir le commerce des services. En juin 2014, 56 % des vols internationaux à destination et en provenance du Cameroun étaient intra-CEEAC, classant le pays à la cinquième position des États membres de cette communauté économique régionale au regard de cette dimension.

Intégration financière et convergence des politiques macroéconomiques: L’indice ne comprend qu’un seul indicateur sur l’intégration financière qui mesure le nombre d‘autres pays de la même communauté économique régionale avec lesquels la monnaie en question est partagée ou convertible. Étant donné que le Cameroun est membre de la zone CFA, il obtient une bonne note par rapport à cet indicateur (première place dans la CEEAC partagée avec d’autres pays membres de la zone CFA) puisque les monnaies de la plupart des autres pays africains ne sont pas officiellement convertibles entre elles. Des informations supplémentaires relatives à la convergence des politiques macroéconomiques du Cameroun peuvent être obtenues sur le site web dédié à l’indice d‘intégration régionale en Afrique.

  • Libre circulation des personnes: 4e rang dans la CEEAC (score: 0.45). Le pays le plus performant dans la CEEAC est Sao Tomé-et-Principe (score: 0.7).
  • Intégration commerciale: Premier dans la CEEAC (score: 0.98).
  • Intégration productive: 3e rang dans la CEDEAO (score: 0.44). Le pays le plus performant dans la CEEAC est le Burundi (score: 0.84).
  • Infrastructure: 4e rang dans la CEEAC (score: 0.48). Le pays le plus performant dans la CEEAC est le Congo (score: 0.69).
  • Intégration financière et convergence des politiques macroéconomiques: 3e rang dans la CEEAC (score: 0.97). Le pays le plus performant dans la CEEAC est le Gabon (score: 1).