L’indice est un projet commun de la Banque africaine de développement, de la Commission de l’Union africaine et de la Commission économique pour l’Afrique ; il fait la synthèse des dimensions suivantes : libre circulation des personnes, intégration commerciale, intégration productive, liaisons et infrastructures régionales et convergence des politiques macroéconomiques.

Principales conclusions

Consulter une analyse plus détaillée.

  • 1e place dans la CEDEAO (score: 0.675).

CEN-SAD

Classement du Côte d’Ivoire dans la CEN-SAD

Pays à forte performance – la note est supérieure à la moyenne des pays
Pays à performance moyenne – la note est proche de la moyenne des pays
Pays à faible performance – la note est inférieure à la moyenne des pays
Note moyenne des pays membres de la communauté économique régionale

Comparer Côte d’Ivoire's notes globales

Intégration commerciale
Infrastructures régionales
Intégration productive
Libre circulation des personnes
Intégration financière et macroéconomique

CEDEAO

Classement du Côte d’Ivoire dans la CEDEAO

Pays à forte performance – la note est supérieure à la moyenne des pays
Pays à performance moyenne – la note est proche de la moyenne des pays
Pays à faible performance – la note est inférieure à la moyenne des pays
Note moyenne des pays membres de la communauté économique régionale

Comparer Côte d’Ivoire's notes globales

Intégration commerciale
Infrastructures régionales
Intégration productive
Libre circulation des personnes
Intégration financière et macroéconomique

Analyse des performances du Côte d’Ivoire's selon les diverses dimensions

Libre circulation des personnes: La Côte d’Ivoire est très performante sur le volet de la libre circulation des personnes. Les ressortissants de 26 pays africains sont autorisés à entrer en Côte d’Ivoire sans visa ou avec un visa à l’arrivée; ce qui inscrit la Côte d’Ivoire à la 9e place au niveau continental et à la 1e place au niveau de la CEDEAO. La Côte d’Ivoire a également ratifié les protocoles sur la libre circulation des personnes originaires des communautés économiques régionales dont elle est membre [Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD) et CEDEAO].

Intégration commerciale: La Côte d’Ivoire a fait des progrès importants vers la suppression des barrières tarifaires aux importations au sein des CER. En effet, son tarif moyen appliqué sur les importations en provenance de la CEDEAO est seulement de 0,7 % (la troisième plus faible parmi les membres de la CEDEAO). Concernant les importations en provenance des pays de la CEN-SAD, le tarif moyen est de 0,6 %.

Les échanges commerciaux entre la Côte d’Ivoire et les pays de la CEDEAO et de la CEN-SAD sont élevés. La Côte d’Ivoire est fortement intégrée en termes de parts respectives des importations et exportations dans le PIB. En effet, elle se positionne respectivement à la 4e place et à la 3e place pour les importations intra-CEDEAO et intra-CEN-SAD, avec 11,1 % du PIB en 2013 et 11,4 % du PIB en 2013, respectivement. En termes d’exportations, la Côte d’Ivoire est aussi fortement intégrée avec le reste de sa sous-région.

Intégration productive: Les mesures de l’indice d’intégration productive (en termes de chaînes de valeur régionales) concernent le commerce intrarégional dans les biens intermédiaires, en amont (exportations) et en aval (importations).

La Côte d’Ivoire présente une forte intégration en amont avec le reste de la sous-région. Ainsi, en termes d’exportations, se classe environ à la troisième meilleure catégorie dans la zone CEN-SAD et la seconde meilleure catégorie dans la zone CEDEAO. En termes d’intégration en aval, donc sur le volet des importations, le pays se situe à la quatrième meilleure catégorie dans la zone CEN-SAD en 2012 et la septième meilleure catégorie de la zone CEDEAO en 2013. Ceci suggère que l’intégration en aval du pays avec des chaînes de valeur régionales n’est pas aussi forte que son intégration en amont (Division de statistique de l’ONU, 2015).

Infrastructure: Cette dimension est restreinte dans la présente analyse à la qualité de la connexion et à l’énergie électrique.

Sur la base de l’analyse faite à partir des données de 2013 du Centre africain pour la politique commerciale de la CEA, la qualité de la bande passante Internet de la Côte d’Ivoire par habitant est la 24e sur le continent et la 6e parmi les membres de la CEDEAO. Elle dispose de la 8e plus haute forte capacité de production nette d’électricité par habitant en Afrique, et de la 4e plus élevée parmi les pays membres de la CEDEAO.

  • Libre circulation des personnes: score égal avec tous les autres pays membres de la CEDEAO (score: 0.8).  
  • Intégration commerciale: 2e rang dans la CEDEAO (score: 0.97). Le pays le plus performant dans la CEDEAO est le Nigéria (score: 1).
  • Intégration productive: 7e rang dans la CEDEAO (score: 0.28). Le pays le plus performant dans la CEDEAO est la Gambie (score: 0.52).
  • Infrastructure: 9e rang dans la CEDEAO (score: 0.37). Le pays le plus performant dans la CEDEAO est Cabo Verde (score: 0.68).
  • Intégration financière et convergence des politiques macroéconomiques: 7e rang dans la CEDEAO (score: 0.94). Le pays le plus performant dans la CEDEAO est le Niger (score: 1).

Références

Ces informations sont tirées du Profil de pays sur la Guinée, établi en avril 2016 par la CEA, plus précisément de l’encadré relatif à l’Indice de l’intégration régionale en Afrique.