L’indice est un projet commun de la Banque africaine de développement, de la Commission de l’Union africaine et de la Commission économique pour l’Afrique ; il fait la synthèse des dimensions suivantes : libre circulation des personnes, intégration commerciale, intégration productive, liaisons et infrastructures régionales et convergence des politiques macroéconomiques.

Principales conclusions

Elle pourrait, par exemple, facilement améliorer la liberté de mouvement des personnes en accordant un accès en franchise de visa aux ressortissants d’un plus grand nombre de pays de la région et en ratifiant le protocole du COMESA sur la liberté de mouvement des personnes.

Consulter une analyse plus détaillée.

  • 2e dans le Marché commun de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique australe (COMESA) (score: 0.565). 4e dans la Communauté de développement del’Afrique australe (SADC) (score: 0.52).

COMESA

Classement du Zambie dans la COMESA

Pays à forte performance – la note est supérieure à la moyenne des pays
Pays à performance moyenne – la note est proche de la moyenne des pays
Pays à faible performance – la note est inférieure à la moyenne des pays
Note moyenne des pays membres de la communauté économique régionale

Comparer Zambie's notes globales

Intégration commerciale
Infrastructures régionales
Intégration productive
Libre circulation des personnes
Intégration financière et macroéconomique

SADC

Classement du Zambie dans la SADC

Pays à forte performance – la note est supérieure à la moyenne des pays
Pays à performance moyenne – la note est proche de la moyenne des pays
Pays à faible performance – la note est inférieure à la moyenne des pays
Note moyenne des pays membres de la communauté économique régionale

Comparer Zambie's notes globales

Intégration commerciale
Infrastructures régionales
Intégration productive
Libre circulation des personnes
Intégration financière et macroéconomique

Analyse des performances du Zambie's selon les diverses dimensions

Libre circulation des personnes: Les pays africains sont classés en fonction de deux indicateurs de cet aspect dans l’indice d’intégration régionale en Afrique: proportion de protocoles ratifiés, au niveau des communautés économiques régionales, relatifs à la libre circulation des personnes (uniquement dans les communautés économiques régionales dont le pays est membre) et nombre des autres pays africains dont les nationaux sont autorisés à entrer dans le pays sans visa ou en obtenant leur visa à l’arrivée. Les résultats de la Zambie sont mitigés à cet égard. Selon les sources consultées, la Zambie autorise les ressortissants de 24 autres pays africains à entrer en Zambie sans visa ou avec un visa obtenu à l’arrivée. La Zambie a ratifié les articles 14, 17 et 18 du traité de la SADC relatifs à la liberté de mouvement des personnes, au droit d’établissement et à la liberté de mouvement des travailleurs, mais n’a pas ratifié le protocole de le COMESA sur la liberté de mouvement des personnes (Commission économique pour l’Afrique, Banque africaine de développement et Commission de l’Union africaine, 2012 et 2013; Commission économique pour l’Afrique et Commission de l’Union africaine, 2015).

Intégration commerciale: L’Indice regroupe plusieurs indicateurs de l’intégration commerciale, notamment la moyenne des droits de douane appliqués aux importations intérieures aux CER, ainsi qu’aux importations de biens et aux exportations de biens à l’intérieur des CER. Le commerce des services n’est pas inclus faute de données sur le commerce intra-africain des services. Dans l’ensemble, s’agissant de l’intégration commerciale, la Zambie obtient des résultats très honorables. Si l’on examine ces indicateurs plus en détail, on voit que la Zambie a un droit de douane moyen appliqué de 0,1 % seulement sur les importations en provenance d’autres pays de la SADC, ce chiffre n’étant même que de 0,003 % pour les importations venant des pays du COMESA. Cela place la Zambie au septième rang pour la faible valeur des droits de douane appliqués parmi les États membres de la SADC (après le Lesotho, Maurice, le Swaziland, le Botswana, la Namibie et l’Afrique du Sud) et au troisième rang pour la faiblesse du droit de douane appliqué aux importations en provenance des pays du COMESA, selon les données disponibles les plus récentes (Division de statistique du Secrétariat de l’ONU, 2015; Centre du commerce international, 2015).

Le commerce de la Zambie avec le reste des pays des CER dont elle est membre représente aussi une part importante de son PIB. En 2013, les importations zambiennes en provenance de la SADC représentaient 23 % du PIB zambien, ce qui place le pays au sixième rang pour cette mesure, derrière le Lesotho (61 %). La Zambie est celui des membres du COMESA dont la part dans le PIB des importations en provenance du COMESA est la plus élevée (12 %). En outre, les exportations zambiennes (réexportations exclues) vers la SADC représentent 14 % du PIB zambien, ce qui place le pays au cinquième rang parmi les membres de la SADC. La Zambie est celui des membres du COMESA dont la part des exportations allant vers le COMESA est la plus élevée, à 8 %.

Intégration productive: Comme pour l’intégration commerciale, la Zambie se trouve dans le groupe des pays où l’intégration dans les filières de valeur régionales est la plus élevée.

La Zambie occupe une place modeste (dix-neuvième sur l’ensemble des pays d’Afrique) pour ce qui est de l’Indice de complémentarité du commerce des marchandises établi par la CNUCED, indice qui mesure la complémentarité du commerce d’un pays avec celui de ses partenaires. Cela témoigne d’une certaine spécialisation, au moyen du commerce, des relations entre la Zambie et les autres pays de la région. 

Cet indice mesure également l’intégration de la production par le canal du commerce intrarégional des biens intermédiaires. La proportion de biens intermédiaires dans le commerce zambien (qui est déjà élevée) avec les pays de la SADC est élevée. La part des produits intermédiaires dans les importations totales en provenance de la région a été en moyenne de 53 % en 2014 (moyenne des parts relatives à la SADC et à le COMESA), tandis que, la même année, la part des biens intermédiaires dans les exportations de la Zambie vers les CER dont elle est membre est également élevée, à 76 %. 

Infrastructures: L’intégration des infrastructures zambiennes avec le reste du continent africain paraît robuste, puisque le pays est classé au huitième rang dans l’ensemble des pays africains. Environ 84 % des vols internationaux vers la Zambie et depuis la Zambie en juin 2014 concernaient des vols vers d’autres pays de la SADC, ce chiffre étant de 75 % pour le COMESA.

  • Libre circulation des personnes: 4e dans le COMESA (score: 0.44), 3e dans la SADC (score: 0.69). Le pays le plus performant dans la SADC est le Swaziland (score: 0.70).
  • Intégration commerciale: 1er dans le COMESA (score: 1), 2e dans la SADC (score: 0.63). Le pays le plus performant dans la SADC est l’Afrique du Sud (score: 1).
  • Intégration productive: 4e dans le COMESA (score: 0.61), 3e dans la SADC (score: 0.53). Le pays le plus performant est le Zimbabwe (score: 0.74).
  • Infrastructures: 10e dans le COMESA (score: 0.44), 10e dans la SADC (score: 0.44). Le pays le plus performant dans la SADC est le Botswana (score: 0.82).
  • Intégration financière et convergence des politiques macroéconomiques: 12e dans le COMESA (score: 0.34), 11e dans la SADC (score: 0.32). Le pays le plus performant dans la SADC est l’Afrique du Sud.